Saint Just

Journée mondiale des pauvres : Osons la rencontre !

La pauvreté fait peur ! Comment pourrait-il en être autrement car elle signifie qu’une personne ou une famille ne dispose plus de ressources nécessaires pour assurer son bien-être en matière de nourriture, de logement, d’éducation, de santé, de culture…
La pauvreté fait peur ! Au fil des années, cette peur s’amplifie. Ils sont de plus en plus nombreux ceux et celles qui ne trouvent pas un revenu suffisant dans leur travail ou leur retraite pour couvrir des dépenses incontournables. Notre société les appelle « les nouveaux pauvres ». Comment ne pas s’inquiéter de l’apparition de cette nouvelle catégorie sociale alors que nous n’avons toujours pas éradiqué les anciennes formes de pauvreté ?
La pauvreté fait peur ! Voilà pourquoi nous avons tant de mal à déplacer notre regard vers les pays où tant d’hommes, de femmes et d’enfants connaissent la misère ! Et quand ils viennent vers nous, nous feignons d’ignorer que la terre appartient à tous. C’est toute notre société qui doit se laisser interroger : que peut-elle faire ? Que pouvons-nous faire en tant que citoyens et croyants ? Dans son message pour la troisième Journée mondiale des pauvres, le pape François n’apporte pas de réponses toutes faites à ces questions. Il nous propose d’oser des actes qui rendent visible l’amour de Dieu. « Les pauvres ont besoin de nos mains pour se relever, de nos cœurs pour ressentir à nouveau la chaleur de l’affection, de notre présence pour vaincre la solitude. Ils ont simplement besoin d’amour ».
Pour entrer dans cette dynamique, résistons à la tentation ! La tentation de ne rien faire, de ne rien dire, de ne rien entreprendre parce que la moindre action nous semblerait inutile au regard de l’immense chantier que constitue la pauvreté.
Quand la tentation nous guette, laissons encore retentir en nous ces paroles du pape François : « Il faut parfois peu de choses pour redonner espérance : il suffit de s’arrêter, sourire, écouter…
Les pauvres sont des personnes à rencontrer: jeunes ou âgés, à inviter à la maison pour partager un repas ; hommes, femmes et enfants qui attendent une parole amicale. Les pauvres nous sauvent parce qu’ils nous permettent de rencontrer le visage de Jésus Christ ».
Que cette Journée mondiale des pauvres change notre regard, qu’elle nous donne le désir et le courage d’oser la rencontre !

Mgr Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis,
Président du Conseil national pour la solidarité et la diaconie.