Sainte Madeleine

L’appel à la sainteté dans le monde actuel :

Parmi les obstacles à la sainteté, certains sont intérieurs : on se dit : « On ne peut pas être parfait ! » ou encore « Ce n’est pas pour moi ! »

En fait, l’écueil est de se tromper sur ce qu’est la sainteté ; dans la deuxième Prière Eucharistique, le prêtre dit : « Toi qui es vraiment saint, toi qui es la source de toute sainteté… » Dieu est la source de la sainteté parce que ce n’est pas une de ses caractéristiques, mais son être même.

Devenir saint, ce n’est pas ne faire que de bonnes actions (les bonnes actions sont utiles, quand bien même on ne voudrait pas devenir saint) ; devenir saint, c’est participer à la vie de Dieu. Quand, dans le Gloire à Dieu, nous disons à Jésus : « toi seul est saint. » nous ne nous excluons pas de sa sainteté mais nous nous en redisons le chemin : Jésus Christ lui-même. « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » Jn 14,6.

Devenir saint, c’est faire confiance à Dieu : « Un saint c’est un homme qui est uni à Dieu, qui ne fait qu’un avec lui ! qui demande à Dieu ! qui parle à Dieu ! et à qui Dieu obéit ! C’est un homme qui a tous les pouvoirs de Dieu en sa main ! » disait le Bienheureux père Antoine CHEVRIER dans une de ses lettres. Le pouvoir dont parle le père Chevrier, ce n’est pas un pouvoir humain, c’est l’amour, l’amour qu’est Dieu en lui-même.

Devenir saint, c’est donc apprendre à aimer et c’est ainsi vivre de la vie de Dieu puisque « Dieu est amour. » 1 Jn 4, 8.16. Pour suivre ce chemin, une seule nécessité : la prière. Elle va nous permettre de nous laisser transformer en ce que nous sommes : des enfants bien-aimés du Père. En nous adressant à Dieu, en lui demandant de faire en nous ce qui nous est impossible, nous le laissons agir pour qu’il déploie en nous ce qu’il est en lui-même, nous le laissons aimer en nous-mêmes ce que nous n’aimons pas assez.

Penser que nous ne sommes pas sur un chemin de sainteté, c’est défier Dieu, parce que nous pensons que nous ne sommes pas ce que nous devrions être. Apprendre à aimer Dieu, à aimer notre prochain, et à nous aimer nous-mêmes est le chemin de toute une vie, c’est le premier commandement.

Comme disait Georges BERNANOS, dans le dernier paragraphe de Journal d’un curé de campagne : « Il est plus facile que l’on croit de se haïr. La grâce est de s’oublier. Mais si tout orgueil était mort en nous, la grâce des grâces serait de s’aimer humblement soi-même, comme n’importe lequel des membres souffrants de Jésus Christ. »

Alors, « réjouissons-nous » car le pape François, en nous adressant ce nouvel écrit, nous encourage sur ce chemin de la sainteté ; il fait siennes les paroles de Léon Bloy (au n° 9) : « il n’y a qu’une tristesse, c’est de n’être pas des saints. »
Marchons donc ensemble sur ce chemin de la sainteté, un chemin de joie, d’amour fraternel et de partage pour que le monde vive de la vie-même de Dieu.

Père Jean-Luc BARITEL, curé

Pèlerinage 2018 à LOURDES
du lundi 4 juin au samedi 9 juin
 

Inscriptions :
du jeudi 15 mars au vendredi 13 avril :
les jeudis et vendredis de 9h à 18h
au centre Notre Dame – 65 avenue de Lyon à Roanne
tel : 04 77 23 81 68

Pour plus d’ information, je  clique sur:  LOURDES